EDITION Automne 1904

 

 

L'écroulement de l'armée turque

Smyrne, capitale provisoire de l'empire turc,

Les contre-offensives de l'armée turque n'ont pas réussi à empêcher la Russie de prendre tout le rivage de la Mer Noire. Le rêve de tous les Tsars de prendre les détroits est en train de se réaliser. La flotte turque reste donc seule pour protéger Smyrne à moins qu'elle ne tente de prendre un autre centre pour pouvoir continuer la lutte islamique. Maintenant, la flotte russe va pouvoir entrer en Mediterrannée qui semble être la clef de la victoire depuis l'enlisement un front Allemand. Allah Akbar !

Abdul Kebab, correspondant de "l'Europe en flammes".

 

La Turquie dépecée par la Russie alliée de l'Autriche-Hongrie

 
 

 

 

La bataille du Jutland

La flotte russe de mer du Nord bombarde les côtes anglaises.

 

La bataille fait de nouveau rage en Mer du Nord où les amiraux russes ont réussi leur sortie en trompant la Home Fleet. Le Danemark a été volontairement abandonné aux anglais pour que les croiseurs russes puissent menacer les côtes britanniques. Les russes ont pu profiter du fait que les flottes françaises ont déjà quitté les mers nordiques pour soutenir l'Italie en Méditerranée. Le pacifique Kaiser a été attaqué sur Berlin mais l'armée allemande a tenu grâce au soutien russe. L'expansion anglaise est à son apogée en Allemagne et toute progression supplémentaire semble plus difficile : la situation risque de se stabiliser dans le Nord de l'Europe, à moins que des négociations s'ouvrent...

 

La stagnation de la France

A l'assemblée nationale, les partis bellicistes dénoncent "l'immobilisme de la France" dans la guerre en Europe. En effet, après des débuts fulgurants contre l'Allemagne les gains territoriaux français sont nuls depuis 3 ans. Les flottes françaises ne sont pas encore au contact de l'ennemi et les armées piétinent voire reculent en Allemagne et en Autriche. Le gouvernement a beau expliquer que sa politique de soutien à ses alliés a permis de repousser les hordes barbares mais l'opposition réclame des victoires françaises. Le président Gilou Poinrond devra arbitrer ce nouveau conflit politique.

Les français ne progressent plus.

 

 Les seuls italiens à entrer à Trieste sont les prisonniers de guerre.

Des nouvelles du front italien

La pression austro-hongroise s'accentue en Italie avec la prise de Tunis par la flotte. Venise n'a tenu que grâce à l'intervention française. L'Italie devient de plus en plus dépendante de la France qui achemine des renforts sur le front. Le désarmement de l' armée italienne du Sud sera compensé par l'arrivée des flottes françaises, mais la défaite turque plus à l'Est annonce l'arrivée prochaine de la flotte russe sur les lieux. Le conflit Italo-Autrichien s'internationalise.

La fin de la guerre ?

Au moment où commence la 5ème année de guerre, il faut s'interesser aux modalités de réglement du conflit. La guerre finit automatiquement si un pays contrôle plus de 17 centres à lui seul. Ce pays est alors déclaré vainqueur.

L'autre possibilité est de procéder à un vote entre tous les pays survivants : chaque pays doit se prononcer sur une proposition : victoire d'un pays seul, d'une alliance de pays ou match nul. La proposition n'est accéptée que si tous les pays votent pour. Si un seul pays vote contre, la proposition est rejetée et le guerre continue. Tous les pays peuvent soumettre une proposition au vote, elle sera inscrite dans le journal et les votes devront être envoyés avec les ordres du tour suivant. Attention : une abstention sera considérée comme un vote pour la proposition !

 

 

 

Lire les ordres en page 2

Consulter la carte actuelle en page 3

Retour en page d'accueil