EDITION Automne 1906


La fin de la monarchie britannique

 

Le dernier carré des troupes britanniques.

Depuis 1066 avec l'invasion de Guillaume le conquérant, l'Angleterre n'avait pas connu pareil désastre. Le soir du 19 Décembre 1906, la dernière armée britannique a capitulé. Elle a cependant résisté suffisamment longtemps pour permettre à la reine d'embarquer sur un navire pour trouver refuge en Autriche-Hongrie. L'Angleterre est partagée en 2 entre la France et la Russie. Le front anglais étant pacifié voici 3 flottes et 2 armées qui vont devoir se retirer ou s'affronter.


La France s'impose en Afrique et en Méditerranée

Une machine de guerre inutile ?

La guerre franco-italienne a abouti finalement à la prise de la Tunisie. L'Italie affaiblie a quand même maintenu une ligne défensive forte qui est capable de contrer toute attaque française avec l'aide des flottes du Sultan. La France prend donc le dernier centre prenable de l'Italie. Les autres centres se situant dans la péninsule italienne il va être plus difficile de les conquérir. D'ailleurs le président Sylvain n'a-t-il pas renoncé à les prendre en procédant à une évacuation du Piémont ? D'un autre côté on est étonné de la poursuite du programme naval français. Est-il vraiment nécessaire de mobiliser 6 flottes alors que le front italien peut être tenu avec 3 flottes seulement ! Que peut-il faire de ces flottes ? Une armée aurait été plus utile. On murmure dans les milieux gouvernementaux que la campagne électorale du président Sylvain serait financée par les chantiers navals de Marseille. Le président a dénoncé ces allusions abracadabrantesques.


La Turquie pilier de la Ligue Balkanique

L'armée turque est en fête

La prise d'Odessa s'est confirmée cette automne et a consacré l'opiniâtreté de la stratégie turque. Maintenant que l'objectif de 1901 est atteint, la Turquie va devoir réfléchir à la poursuite de son action. La situation n'est pas encore totalement stabilisée mais tout espoir de grande guerre de mouvement a désormais disparu dans ce secteur. Va-t-on vers une armistice ?


 Les trains blindés autrichiens en action

L'Autriche est de retour

L'empereur ne retient pas sa joie ! On le croyait au bord de la disparition depuis l'attaque franco-russe sur son pays mais c'est un redressement spectaculaire que l'Autriche-Hongrie opère cette année. Avec l'aide de ses partenaires de la Ligue Balkanique les troupes autrichienne ont reconquis tous les centres de l'Empire. La défense de Trieste a permis le construction d'une nouvelle armée. La menace demeure encore au Nord avec les troupes alliées mais le front autrichien a retrouvé toute sa cohérence.


La Russie chassée du Sud de l'Europe

 

La prise de Liverpool ne consolera pas le Tsar de la perte de Budapest et surtout d'Odessa. Le Tsar recule aussi des Alpes suite à une mystérieuse attaque Française. L'Angleterre vaincue, quelle va être la stratégie russe à l'ouest ? Le Tsar peut-il s'entendre avec la Turquie ou l'Autriche maintenant qu'il a été repoussé ?

L'armée est toujours fidèle au Tsar

 L'Italie menacée mais confiante

L'Italie passe sur la défensive

La puissante flotte française n'impressionne plus la reine d'Italie qui a donné l'ordre à ses troupes de défendre le territoire national. Tout espoir de percée surprise en Méditerranée est désormais vain et les italiens se résignent maintenant à fortifier leurs positions. Une lueur de détente entre les deux pays semble être possible depuis l'évacuation du Piémont par l'armée française mais la confiance va être difficile à restaurer entre Paris et Rome.


Bourses


 

Ordres en page 2

Relations internationales en page 3

Retour page principale