EDITION Printemps 1908


L'Empereur resiste

mais l'Autriche est bien seule !

Le repli vers le sud décidé par l'état major autrichien s'est très mal passé ! L'armée de Vienne espérait échapper à l'attaque coalisée russo-turque par un mouvement vers Trieste mais une attaque surprise de l'Italie soutenue par la flotte turque a coupé cette voie de retraite. La 4ème armée du général Bratwurtz a donc été repoussée et contrainte à une bataille à laquelle elle n'était pas préparée devant les murs de Vienne. La terrible bataille a fait 40 000 morts et 120 000 prisonniers côté autrichien. Vienne tombe une fois de plus mais ce sont les turcs qui prennent la ville . le Sultan a décrété 3 jours de réjouissances nationales ! Ca faisait depuis 1683 avec le siège de Vienne que les turcs attendaient ça ! Et il n'y a que peu d'espoirs pour les autrichiens de voir apparaitre un Jean Sobieski salvateur ! Le problème n'est pas la chute de Vienne qui était prévisible mais plutôt la destruction de cette armée. Budapest à été reprise mais pour combien de temps ? L'Autriche risque de disparaitre d'ici la fin de l'année.

destruction de l'armée de Vienne


L'Italie recule dans le Nord

Voir Venise et mourir !

Succombant aux coups de boutoire de l'armée française, l'Italie bat en retraite et abandonne le nord du pays à la France. L'espoir de continuer la lutte dans les Balkans en entrant à Trieste a été déjouée par l'Empereur ! L'avenir de l'Italie ne lui appartient plus et elle ne devra sa survie qu'au bon vouloir de son protecteur turc. Le Sultan semble vouloir maintenir une Italie suffisement forte pour l'aider à réduire l'Autriche et à bloquer la France, mais suffisement faible pour qu'elle ne soit pas un danger pour lui ! Reste que la position italienne est devenue plus péripherique : elle n'empêche plus le passage de l'armée française au nord. Par conséquent la France va pouvoir intervenir en Autriche sans difficultés et l'étreinte qu'elle faisait subir à l'Italie pourrait se relacher.


 La Turquie se déploie

L'infanterie turque est prête

L'armée turque n'était pas bien positionnée à la fin de l'offensive de l'automne 1907 et il fallait rétablir les lignes de ravitaillement et amener les troupes fraiches sur le front des Balkans. C'est maintenant chose faite et l'Empire Ottoman dispose d'une force offensive terrestre opérationnelle contre l'Autriche. L'alliance avec la russie se confirme avec la prise de Vienne la position est moins vulnérable que Budapest. Au Sud, la Turquie continuera sans doute à soutenir l'Italie dans son blocus de la Méditerranée face à la France tant que l'Autriche ne sera pas éliminée. Mais, à moins d'un nouveau retournement contre la Russie, les troupes et les flottes du Sultan se tourneront vers l'Italie.


La Russie prépare son offensive à l'ouest

La Russie est restée assez attentiste en ce début d'année et elle s'est contentée de mouvements en Angleterre et en Manche. Les armées d'Allemagne sont restées l'arme au pied. Cependant la position stratègique des russes est remarquable : Brest, Londres, la Hollande sont sûrs de tomber et on peut peut être ajouter un centre autrichien. Avec 15 centres à la fin de l'année, la Russie n'aura plus qu'à se servir dans les centres turcs indéfendables comme Berlin et Vienne et investir Paris pour emporter la victoire totale. La fin de la guerre est-elle programmée pour 1909 à Moscou ? 

Le Tsar passe en revue ses troupes avant l'assaut final


La France se décide à protèger son territoire

C'est avec soulagement que la population espagnole a vu l'arrivée de la flotte française dans le port de Séville. Les populations de l'ouest de l'Europe se sentaient abandonnées par le gouvernement français depuis le début de l'offensive russe. On ne trouvait plus, dans les librairies, de méthodes pour apprendre le russe en 30 leçons ! Le réduit méditeranéen avec l'Espagne, le Portugal, Marseille, Tunis et peut être Venise constitue une forteresse d'où les troupes françaises peuvent résister au rouleau compresseur russe. Brest, hélas n'est pas défendable et le gouvernement se prépare à quitter Paris l'année prochaine. Londres et la Hollande sont déjà perdus. La prise de Venise remonte le moral bien bas de la population qui attend l'automne avec angoise.

La population ne voit pas la fin de la guerre


 

Ordres en page 2

Relations internationales en page 3

Retour page principale